Manfred Overmann
Le Québec et l'Amérique du Nord


Introduction historique et linguistique
Format Word

Ecoutez quelques extraits:
                                       


Notre objectif est de mettre à la disposition des professeurs de français langue étrangère et tous les internautes francophones amoureux de la Belle Province  des matériaux didactiques prêts à l’emploi sous forme d’un scénario d’apprentissage multimédia et de dossiers pédagogiques téléchargeables. Le livre ne sert que d’introduction en jetant un regard documenté et didactisé sur l’évolution historique du Québec afin de familiariser le lecteur avec les grands événements historiques de la Nouvelle-France, de lui présenter un abécédaire de la civilisation québécoise et un grand éventail d’activités pédagogiques à exploiter en classe. Il est le port de départ d’où embarquera le lecteur pour trouver sa voie navigable vers la Nouvelle-France et les trésors qui y sont cachés. Afin de profiter pleinement de la semence du livre il s’agira d’aller récolter les fleurs qui éclosent sur le site internet adjoint, protéiforme et constructiviste, auquel vous pouvez aussi ajouter votre perle précieuse afin de venir habiter ce pays de la québécitude.



La jeune ville de Québec au 17ème siècle et Québec aujourd'hui


Les enregistrements seront en ligne prochainement
Les Québécois, ces Nord-Américains de langue française comptent près de trois siècles de résistance linguistique et s'illustrent par leur lutte exemplaire contre vents et marées pour la survie du français face à la déferlante anglo-américaine. Lors d'une exposition sur Astérix à Montréal en 1997 qui a battu tous les records d'affluence, les Québécois francophones ont pu se  reconnaître dans l'irréductible petit Gaulois qui tient tête à l'envahisseur - et la bataille n'est pas finie!   L'une des chansons qui traduit le mieux ce combat pour l'expression d'une identité culturelle et langagière est "Le coeur de ma vie" de Michel Rivard.

Remettez le texte dans l'ordre

« A l’heure actuelle, la société québécoise se définit comme pluraliste, moderne, dynamique et ouverte sur le monde. Le Québec est nord-américain de par sa situation géographique, français de par ses origines et britannique de par son système parlementaire. » [Pierre Boulanger, Président et directeur général, Société du 400e anniversaire de Québec, 2008 [http://www.nordicaonline.net/Quebec.html ]

Après un survol historique consacré aux Amérindiens et aux premiers explorateurs relatant La légende d’un peuple et l'implantation française en Amérique du Nord, nous continuerons à défricher le terrain à travers le 17ème siècle avec la fondation de Québec (1608) et de la compagnie des Cent-Associés fondée par Richelieu, puis l’arrivée de Jean Talon et les filles du roy sous Louis XIV. Au début du 18ème siècle la Nouvelle-France connaît son apogée, puis ses premiers échecs et son déclin par la signature du Traité d’Utrecht (1713), la déportation des Acadiens et la guerre de Sept Ans qui se termine par le Siège de Québec, la capitulation (1759/1760) et la cessation du territoire à l’Angleterre sous Louis XVI par le Traité de Paris (1763).

La deuxième période clé de l’histoire du Québec correspond à la suprématie de la deuxième nation fondatrice du Canada, l’Angleterre, qui s’échelonne de la défaite française jusqu’à la naissance de la Confédération canadienne en 1867. Mais c’est déjà pendant la Rébellion des Patriotes (1837-1838) que s’amorce le réveil d’un peuple toujours à la recherche de son identité. Au 20ème siècle le Québec est touché par la grande dépression et la Deuxième Guerre mondiale (1929-1945), les années Duplessis et la grande noirceur  (1945-1960), puis par la Révolution tranquille et l’éveil d’un nationalisme (1960-1975) qui débouche sur les lois linguistiques (1977) pour la défense de la langue française ainsi que sur un premier (1980) et un deuxième référendum (1995) sur l’indépendance du Québec et les problèmes liés au refus des Québécois de signer le rapatriement de la constitution du Canada (1982).

A l’époque de l’hypertexte nous vous proposons aussi une lecture modulaire, à savoir un abécédaire présentant différents aspects de la civilisation québécoise sous forme d’un menu à composer par un hôte alléché par l’odeur d’un éventail de textes. Cette première orientation générale permet de se familiariser avec les multiples possibilités éducatives que le lecteur pourra approfondir par la suite selon ses goûts. Vingt-six lettres, cela veut dire vingt-six manières de découvrir les différentes facettes de la Nouvelle-France.
 
Les cours prêts à l’emploi que nous vous proposons d’exploiter à l’école ou à l’université ne servent que d’exemple pour les autres scénarios d’apprentissage qui se trouvent sur le site internet et qui sont le fruit d’un travail avec mes étudiants et des collègues enclins à partager leurs efforts en mettant gratuitement à la disposition des enseignants et élèves des modules pour la classe.

Ainsi notre site a pour objectif de mettre sur pied un portail éducatif dans une perspective multidisciplinaire en s’inspirant d’une démarche hypertextuelle axée sur une multitude d’activités qui forment un véritable manuel de civilisation électronique. Les sources de référence sont destinées aux professeurs et aux apprenants de français ainsi qu’à toute personne qui cherche à mieux connaître ce  beau pays qui « n’est pas un pays, c’est l’hiver » (Vigneault). Alors choisissez entre plusieurs itinéraires et bon voyage !

Le projet propose des textes à lire et à écouter, complétés par des images et des explications de vocabulaire (technique du « mouseover ») afin de faciliter la compréhension par une pédagogie différenciée qui fait appel à tous les sens. Des sujets didactisés pour les cours, des fiches de travail à télécharger en format PDF ou Word ainsi que des exercices de compréhension avec des fichiers sonores ou vidéo, des fichiers balados, des interviews et de nombreuses chansons complètent le scénario d’apprentissage en proposant un éventail de tâches parmi lesquelles chacun cherchera son itinéraire. Enfin on y trouvera des exercices interactifs pour un travail en autonomie et une auto-évaluation.

Les différentes rubriques abordées sont l’histoire, la langue, la géographie, la musique, l’éducation, l’immigration, la littérature, la poésie ainsi que les traditions québécoises. Chaque rubrique a pour objectif d’offrir des thèmes diversifiés adaptés à un travail en salle multimédia, mais aussi des dossiers téléchargeables pour travailler en classe.

Ce projet crée des conditions d’enseignement axées sur la tâche et l’autonomie de l’apprenant. Il n’est pas exhaustif et invite de par son caractère évolutif à un élargissement perpétuel, auquel les collègues intéressés peuvent apporter leur touche de peinture. La mise en réseau des meilleures contributions favorise l’échange d’informations et la coopération avec les collègues et les amis de la francophonie au niveau international afin de contribuer à la promotion et au rayonnement de la culture québécoise et d’augmenter le nombre des québéquistes à travers le monde.

Je vous souhaite une bonne lecture et un vent favorable pour une navigation facile afin d’explorer des terres nouvelles en compagnie de vos matelots-apprenants de français.


Québec, Gaule, même combat!




Des explorateurs ( 1534) au Traité de Paris (1763)

La langue du Québec n’est pas née d’hier et connaît un trajet migratoire qui décrit sa genèse, son évolution et sa transformation. Effectivement elle fut d’abord la langue d’un gigantesque empire colonial français en Amérique du nord dont Jacques Cartier (1534) et Samuel Champlain (1604) furent les premiers explorateurs. La ville de Québec fut fondée par Champlain en 1608 et n’était au départ qu’un simple comptoir de commerce de fourrure avant de devenir la capitale de la Nouvelle-France. Dès 1609, sur rapport de Champlain, Henri IV donne à la colonie le nom de Nouvelle-France dont Champlain devient le lieutenant-gouverneur en 1612. Mais Champlain n’a pas de programme de colonisation bien arrêté.

La Compagnie de la Nouvelle-France, aussi appelée compagnie des Cent-Associés, fondée par le Cardinal de Richelieu se vit confier les colonies en 1627  et  fut la première véritable tentative de colonisation de la France en Amérique. Richelieu suggéra d'implanter un grand nombre de Français catholiques en Nouvelle-France pour stimuler le commerce d'une marine marchande et pour évangéliser les indigènes. Effectivement la Nouvelle-France ne recèle ni or ni argent, elle ne produit ni sucre, ni chocolat, ni café et la seule denrée intéressante est le castor. Il faut alors pénétrer de plus en plus loin dans l’hinterland pour quérir la précieuse denrée et intégrer dans un réseau commercial les tribus de chasseurs qui troquent la fourrure. Les Français profitent de leurs relations amicales avec les Hurons et les Algonquins, ce qui accentue cependant le conflit huro-iroquoise.

Au début, vers 1630, la Nouvelle-France ne comptait encore qu'une centaine d'habitants dispersés en deux groupes, l'un à Québec, l'autre à Port-Royal (en Acadie, aujourd'hui la Nouvelle-Écosse). Il n'y avait pas de quoi impressionner face à la Nouvelle-Hollande, qui comptait déjà 10.000 habitants, et face aux colonies anglaises qui en avaient 80.000. De plus, tout fonctionnait mal en Nouvelle-France, que ce soit sur le plan des institutions civiles, des autorités religieuses ou de l'économie. Jusqu'en 1660, la France parla d'abandonner les rives du Saint-Laurent. Néanmoins, entre 1627 et 1663, la population passa de 100 habitants à quelque 2500.

L'expansion de la Nouvelle-France s'accélère entre 1660 et 1713, à mesure que la France établit des colonies en Acadie et le long des rives du Saint-Laurent.  Lorsque le jeune Louis XIV prend place sur le trône de France il réunit la colonie à la Couronne et lui donne le statut d'une colonie française. Après l’échec quasi-total des compagnies, la Nouvelle-France connaît alors une phase d'expansion décisive sous Louis XIV grâce aux talents de Colbert et de Talon qui engageront une politique dynamique de colonisation. Les immigrants arrivent beaucoup plus nombreux. En 1665, Louis XIV décide l'envoi de tout un régiment d'environ 1200 hommes pour hâter le peuplement et pour défendre la colonie contre les Iroquois qui finalement seront soumis.

Jean Talon est nommé intendant du Roi de France. Il fait venir de France, entre 1665 et 1670, environ 900 filles du Roi. On les appelle "filles du Roi" bien qu'elles ne soient nullement des princesses.  Il s'agit plutôt d'orphelines ou de filles de familles plus pauvres qui reçoivent une dot (des vêtements, du tissu, etc.) et un peu d'argent de la part du Roi de France et qui s'embarquent pour la Nouvelle-France.  Arrivées en Nouvelle-France, ces filles, âgées de moins 25 ans,  sont reçues dans les couvents et elles se trouvent un mari après quelques jours seulement.  Elles vont ensuite s'installer sur des terres qu'elles doivent défricher et où elles fondent une famille.

D'autres lois sont mises en place pour assurer la colonisation du pays.  Par exemple, en 1669, le roi décida de récompenser les gens qui avaient une famille nombreuse.  Il décida alors de donner chaque année, 300 livres (monnaie française) aux familles de 10 enfants et 400 livres aux familles de 12 enfants.  En 1670, les pères de familles sont obligés de donner leurs filles en mariage avant qu'elles aient atteint l'âge de 16 ans et leurs garçons avant 20 ans sinon, ils doivent payer de lourdes amendes.  Les coureurs des bois qui ne voulaient absolument pas se marier devenaient des hors-la-loi.  Ce qui est amusant, c'est que même s'il a fait preuve de beaucoup d'imagination pour coloniser la Nouvelle-France, Jean Talon ne s'est jamais marié! - Avantagée par un taux extraordinaire de natalité (7,8 enfants par femme) et par une immigration abondante, le Canada vit se multiplier sa population; de 2500 habitants en 1663, elle passe à 20.000 en 1713 et à 55.000 en 1755.

À travers tout le 18ème siècle les Français et les Anglais se disputent les territoires que chacun possède en Amérique du Nord et s’affrontent dans plusieurs guerres. Chacune des métropoles envoie des troupes de soldats en renfort. Les Anglais s'allient avec les Iroquois alors que les Français s'allient avec les Algonquins.  Au début de la guerre de 1756, les Français remportent plusieurs victoires en s'emparent de plusieurs forts anglais.  Mais en 1758, l'Angleterre qui est déterminée à remporter la victoire, envoie d’autres renforts.  La France, pour sa part, préfère garder ses hommes dans la métropole qui est aussi en guerre (la guerre de sept ans).  C'est ainsi qu'en 1759, les anglais comptent 26 740 hommes (26 080 soldats et 660 combattants américains et iroquois) alors que les Français en comptent 15 670 (4060 soldats et 11 610 Canadiens et Amérindiens).

Dans sa plus grande étendue, avant le Traité d'Utrecht (1713), la Nouvelle-France comprenait cinq régions possédant chacune sa propre administration :

- le Canada (actuel Québec et Ontario)
- l'Acadie, (actuel Canada)
- la Baie d'Hudson (actuel Canada)
- L'île de Terre-Neuve, (actuel Canada)
- la Louisiane (centre des États-Unis, des grands Lacs à la Nouvelle-Orléans
La frontière occidentale de ces colonies était ouverte sur tout l'ouest du continent, sans délimitation précise.

Puis les Britanniques conquirent Québec en 1759 après cinq sièges, et quatre ans plus tard toute la Nouvelle-France.
Le cordon ombilical qui attacha jusqu’à lors l’embryon nord-américain à la mère patrie fut définitivement coupé en 1763. Avec le traité de Paris, la France céda tout le territoire de la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne ainsi que la Louisiane à l'Espagne. L'Espagne restitua la Louisiane à la France en 1800 par le traité de San Ildefonso, mais Napoléon la revendit à nouveau  aux États-Unis en 1803. - La conquête anglaise fut cependant définitive et restera un traumatisme de référence pour les nationalistes-souverainistes jusqu’à nos jours.

Sujets d’étude (1)


  1. Qui sont les premiers explorateurs ?
  2. Cartes tirées de l'Atlas national. © Ressources naturelles Canada. Reproduction autorisée par le Ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Source : Site Web (http://atlas.nrcan.gc.ca/site/francais/index.html).Quand est-ce que la colonisation de l’Amérique du nord a commencé?
  3. Quelle ville a été la capitale de l’empire colonial français et quand est-ce qu’elle a été fondée ?
  4. Comparez les deux images sur la ville de Québec au 17ème siècle et aujourd’hui.
  5. Au départ, la ville de Québec n’était qu’un « simple comptoir de commerce de fourrure ». Commentez cette phrase.
  6. Quel est le terme employé dans le texte pour désigner l’ensemble des territoires occupés par la France ?
  7. Quelle association Richelieu a-t-il fondée et quelle a été son objectif ?
  8. Quelles sont les tribus amérindiennes qui entretiennent des relations amicales avec les Français et lesquelles avec les Anglais ?
  9. Comment la population a-t-elle évolué entre 1663 et 1755 ?
  10. Quelles mesures le jeune intendant du Roi Louis XIV, Jean Talon, a-t-il entreprises, pour renforcer le peuplement dans les colonies ?
  11. Énumérez les cinq régions qui ont constitué l’empire colonial français en Amérique du nord.
  12. Consultez une carte actuelle du Canada et indiquez où ces régions se trouvent géographiquement.
  13. Qui a été l’adversaire des Français en Amérique du nord ?
  14. Par quel traité les Français ont-ils dû céder définitivement leurs colonies ?
  15. Quel a été le sort de la Louisiane ?
  16. Qu’est-ce que l’on entend par « souverainiste » ?
  17. Qu’est-ce que le « Traité de Paris signifie pour les « nationalistes-souverainistes » ?

Exercice à choix multiples


La langue québécoise

Le québécois est bel et bien une langue de France quoiqu’il soit différent de tous les autres français du monde et qu’il ne s’agisse ni d’un créole, ni d’un dialecte, ni d’un patois et que le québécois se distingue aussi du français canadien comme le français de France se distingue du français de Belgique ou de Suisse. Personne ne prétendra non plus que l'anglais parlé aux États-Unis soit le même que celui parlé en Angleterre ou l'espagnol de l'Amérique du Sud le même que celui parlé en Espagne.
L'accent québécois étonne toujours les Européens francophones qui le découvrent pour la première fois. Toutefois on ne saurait trop recommander au voyageur d'éviter toute attitude chauvine qui considérerait le français parlé au Québec comme une forme dégénérée de la langue de Molière. Les Québécois, en effet, sont très sensibles sur ce sujet, et fiers d'avoir su préserver leur langue et leur culture dans une mer anglophone. Le Québécois est une langue qui a accédé à la modernité et s’est adaptée par des modifications particulières à son environnement en développant son propre tissu linguistique.

A l’origine le français québécois était peut-être plus français que le français « national ». Effectivement à l’époque de Louis XIV deux Français sur cinq ne comprennent ni ne parlent le français et seulement un Français sur cinq en a une connaissance active. Or les premiers colons qui venaient peupler la Nouvelle-France étaient originaires de différentes provinces françaises et parlaient en dialecte picard, normand, angevin, franc-comtois... et les militaires recrutés dans le sud de la France utilisaient le limousin, le gascon et d'autres dialectes languedociens. Les colons devaient donc faire des efforts pour parler français afin de se faire comprendre dans une communauté linguistique hétérogène où le patois « de la maison » n’était pas d’usage. On choisit alors la langue la plus prestigieuse, celle du roi, le « françois », comme dénominateur commun. La grande majorité des femmes connaissait aussi, au moins partiellement, le français et l’ont transmis aux enfants.

Même à l’heure actuelle nous trouvons encore des particularités de la langue québécoise qui remontent au français royal de l’Île de France, tels que l’usage de « y » au lieu de « lui » (ex. : J’y ai donné l’argent que j’y dois) ou encore les fameux « moi » (prononcé mo-e) et « toi » (to-e) du temps de Molière. L’usage du français a donc été généralisé au Québec avant de l’être en France et on y parlait un français parfaitement bien sans aucun accent, ce qu’un voyageur de notre époque contestera. Mais le français du Québec a évolué en vase clos par rapport à la France et n’a pas subi les mêmes altérations. Ainsi le français de France a changé de norme depuis le Révolution de 1789 qui a revalorisé la langue bourgeoise, changement qui  n'a pas pu se produire au Québec.

10 janvier 2006 - Réalisation : Lalie


« La langue de France aux accents d’Amérique » a été isolée de la mère-patrie depuis la conquête britannique en 1759 et exposée à un environnement anglicisant. Le français traversa dès lors une période d’anglomanie pendant laquelle il fut déprécié et humilié au profit de l’anglais. Mais il « déjoue le silence » et résiste, presque miraculeusement, à toute tentative d’assimilation.


Le québécois est une langue moderne où s'effectue la synthèse de son passé et de son présent. Il s'agit en fait d'une adaptation constante aux exigences contemporaines en utilisant les bases du français et les influences des langues voisines (anglais, amérindien). Sa recette ? Des archaïsmes, des emprunts à l'anglais, des néologismes… Brasser le tout, couvrir et laisser mijoter pendant plusieurs décennies, ajouter un peu d'accent et servir.


Le trait le plus caractéristique de la langue québécoise est la diphtongaison du « è » en « a-ê », ainsi baleine deviendra «balaêne »; dans le parler populaire, certains «a » seront écrasés en «a-o » ce qui fait qu'on prononcera «saoble »  au lieu de «sable ». Une autre particularité est la sibillation des  « t » et des « d » devant le  « i » et le « u » : on prononcera « ta tsunique » et  « ton dzîner » ou encore « lundzi » et « politsique ». Aujourd'hui, pour la majorité du peuple québécois, cette langue dans toute sa richesse et diversité, y compris la forme populaire portant le nom de  « joual » (façon vernaculaire de prononcer le mot  « cheval »), est un des signes d'identification du Québec. La quantité des anglicismes présents dans le joual a cependant atteint des proportions inquiétantes dans certains quartiers montréalais.

Sujets d’étude (2)


  1. Énumérez quelques continents et pays ou on parle français.
  2. Différenciez entre les pays ou le français est a) langue officielle; b) langue administrative; c) langue d'enseignement
  3. Définissez les termes « créole », « dialecte » et « patois ».
  4. Est-ce que le québécois est un français dénaturé ?
  5. Expliquez la phrase « A l’origine le français québécois était peut-être plus français que le français national ».
  6. Combien de Français ne comprenaient pas leur propre langue à l’époque de Louis XIV ? Combien en avaient une maîtrise active ?
  7. Énumérez quelques dialectes et montrez sur la carte de  France les régions qui y sont associées.
  8. Quelle langue fut le dénominateur commun pour le parler québécois à l’époque de Molière ?
  9. Donnez quelques exemples des spécificités du québécois.
  10. Peut-on avancer la thèse que le québécois était un français « avant l’heure ?
  11. Pourquoi le français du Québec et celui de France ont évolué différemment ?
  12. Quelles ont été les conséquences de l’anglomanie sur la langue québécoise ?
  13. À quelles modifications a-t-elle été exposée ?
  14. Quel est le trait le plus caractéristique de la langue québécoise ?
  15. Qu’est-ce qu’une langue « vernaculaire » ?
  16. Dans quelle mesure se distingue-t-elle d’une langue véhiculaire ?
  17. Peut-on avancer que le québécois est une langue vernaculaire ?
  18. Comment s’appelle la forme populaire du québécois ?
  19. Qu’est-ce qui  la caractérise et  la menace en même temps ?

De l'Acte constitutionnel (1791) à l’Acte de l’Amérique du Nord (1867)

Dès 1791, l’Acte constitutionnel adopté par le gouvernement anglais divisa le territoire en deux colonies : le Bas-Canada (futur Québec) à majorité de langue française et le Haut-Canada (futur Ontario) à majorité de langue anglaise. Mais dans les conseils exécutif et législatif du Bas-Canada la minorité anglaise primait sur l’assemblée élue à majorité canadienne-française. Commença  alors une longue période où la langue des ancêtres fut bafouée et stigmatisée.

La révolte des patriotes fut le premier sursaut d’une organisation  nationale paramilitaire (les fils de la liberté) dont Louis-Joseph Papineau fut le chef de parti. Elle éclata à l’automne  1837 et fut cruellement réprimée dans un bain de sang. Lord Durham fut nommé gouverneur général des deux Canada. Sa politique d’anglicisation qui était le seul moyen de garantir une paix durable en rendant impossible toute survivance nationale franco-canadienne, préconisa l’assimilation et conduisit en 1841 à l’adoption de la Loi de l’union qui réunit les deux Canadas sous le nom de Canada uni avec un seul parlement. L’anglais devint alors la seule langue officielle. Cependant les Canadiens français continuèrent à se battre en vue de leur reconnaissance culturelle et linguistique. Le bilinguisme au Canada fut consacré en 1867 par l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (AANB) qui réunit le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et le Canada (l’Ontario et le Québec) et fit du Canada un pays officiellement bilingue.

Sujets d’étude (3)


1) Quelles sont les conséquences pour la langue québécoise provoquées par
     a) l'Acte constitutionnel (1791)
     b) la Loi de l'union (1841)
     c) l'Acte de l'Amérique du Nord britannique
2) Décrivez la "révolte des patriotes"


Du début du 20ème siècle jusqu'à la révolution tranquille

« Jusqu’au début du 20ème siècle l’Eglise catholique reste au c½ur de la société canadienne française. En proclamant la langue gardienne de la foi, elle se pose elle-même en gardienne de la nation et devient l’institution qui la personnifie. » (Epinette 1998 : 14) Mais l’Eglise ne pourra empêcher que les écoles catholiques bilingues de l’Ontario seront placées sous l’autorité d’inspecteurs protestants anglais qui imposeront en 1912 l’anglais comme langue unique d’enseignement dans les écoles élémentaires et limiteront les cours de français à une heure par jour. Le Québec qui s’attache à sa langue accepte cependant la prédominance de la langue anglaise dans l’économie. C’est seulement à partir de la seconde moitié du 20ème siècle que l’Eglise perdra son pouvoir moral et son influence sur l’éducation.


Aux alentours des années soixante des changements radicaux et rapides affectent la société québécoise qui se laisse emporter dans une « Révolution tranquille » en mettant en question tout ce qui semblait jusque là « coulé dans le béton » : la famille, l’église, et la politique d’un État qui sombre encore dans la passivité sociale sous Maurice Duplessis (Premier ministre de 1936-1939 et de 1944-1959) qui est en tête du gouvernement de l’Union nationale du Québec. Duplessis représente une politique du repli sur soi et refuse toute initiative de changement. Pourtant il se fit l'adversaire des politiques centralisatrices d'Ottawa et le plus grand défenseur de l'autonomie provinciale que le Québec avait jusqu'alors connu. Il fit de cette lutte son principal cheval de bataille. Sa devise était «la coopération toujours, l'assimilation jamais».  Cependant il n’intervint nullement face à la mainmise des Canadiens anglais et des Américains sur la propriété et la gestion des industries. Les rouages économiques écartèrent systématiquement les Québécois des postes à responsabilité exigeant l'usage de l'anglais.



La révolution tranquille a commencé en 1959, lorsqu’à la mort de Maurice Duplessis, le gouvernement conservateur ne sut plus faire face aux attentes politiques d’une société en pleine mutation. Cette révolution qui a réalisé de profondes réformes administratives, sociales et économiques (réforme scolaire, création des ministères des Affaires culturelles et de l’Education, aide financière aux entreprises québécoises, nationalisation des entreprises hydro-électriques…), s’accompagna d’un mouvement indépendantiste qui demandait la souveraineté du Québec. En une dizaine d’années, cette évolution des mentalités transforma un Québec clérical et replié sur le passé en un pays moderne, laïque, ouvert sur le monde. Mais surtout, elle réussit à libérer l’économie québécoise de l’emprise anglo-saxonne - entre autre américaine. De nombreux artistes et intellectuels contribuèrent à l’expansion des idées nouvelles et à la création d’une réelle identité québécoise qu’ils ont fait connaître par leurs ½uvres à travers le monde.

Sujets d’étude (4)
  1. Expliquez le rapport entre la langue, la foi et la nation.
  2. Comment est-ce que le problème du bilinguisme dans les écoles élémentaires de l'Ontario s'est présenté au début du 20ème siècle?
  3. Donnez un éclairage sur la politique de Maurice Duplessis et évaluez les avantages et inconvénients de son engagement linguistique et économique pour la société québécoise.
  4. Quels sont les bouleversements provoqués par la révolution tranquille dans les années 60?
Les lois linguistiques  et les deux référendums

L’apologie de la prise de conscience de la légitimité culturelle du peuple québécois se traduit par les revendications en faveur de la défense de la langue québécoise, seule garant de l’unicité d’une société multiethnique. Ce sont des lois linguistiques qui vont redonner définitivement au français sa prééminence grâce à un arsenal législatif. En 1969, la loi 93 va promouvoir la langue française au Québec en instituant l'enseignement obligatoire du français, langue d'usage, dans le réseau scolaire anglophone, et en 1974, la loi 22 sur la langue officielle impose l'usage du français dans l'affichage public et oblige les entreprises qui veulent traiter avec l'État à appliquer des programmes de francisation.


Après sa victoire électorale de 1976, le Parti Québécois, francophone et souverainiste (fondé en 1968) avec son leader René Lévesque aspire à la souveraineté du pays et fait promulguer en  1977 la loi 101 dite aussi Charte de la langue française qui d'un seul coup exige que le français soit la langue officielle de l'administration, des cours de justice aussi bien que du commerce et de l'enseignement; de plus, le français est obligatoire pour les immigrants. Des anglophones portent plainte que cette loi les rend inférieurs aux Québécois. Du même, des immigrants critiquent cette politique d'assimilation forcée à la culture francophone du Québec. Cette loi devient le fer de lance d’un nationalisme croissant. Le chanteur Félix Leclerc écrit à propos de la Charte : « La loi 101 criait aux deux Amériques ce qu’on leur cachait depuis des siècles, qu’une Nouvelle-France existait à leur porte. La Loi 101 disait à l’univers que les Québécois étaient l‘un des peuples fondateurs du Canada. » (Klaus 1993 : 40)


La loi 101 qui amorce un vaste programme de francisation sur les lieux de travail et dans les institutions publiques et restreint aussi l'accès à l'école anglaise aux seuls enfants dont l'un des parents a reçu son enseignement primaire en anglais au Québec. Cependant cette loi reste inconstitutionnelle (déclaration de la Cour suprême du Canada en 1988) parce que le Canada est un pays officiellement bilingue. Mais cette loi a soudé et dynamisé les communautés francophones dans leur conscience nationale et linguistique. Au début des années soixante l’anglais dominait dans les grands magasins et sur les murs des villes dont la population parlait à 85% français. Quarante ans plus tard le français est omniprésent et s’affiche dans 94% des vitrines. Effectivement la Charte préconisait l’usage exclusif du français dans l’affichage public et commercial. Avec la renaissance de la langue française au Québec le nationalisme atteint de nouveaux sommets et le français s’affirme comme jamais. 40 ans après la Révolution tranquille, les francophones sont plus solidement en place au commande des finances du pays et la "francisation" de la société est de loin meilleure à celle du début des années 1960.  Le débat entourant la politique linguistique n'est toutefois pas terminé (pour approfondir la question, cliquez ici).



C’est la lutte acharnée engagée par René Lévesque qui conscientise et politise le Québec en ébullition au plus haut point et incite le mouvement séparatiste à vouloir quitter la fédération canadienne. Cependant lors du premier référendum du 20 mai 1980 la majorité des Québécois (59,6%) se prononce contre la souveraineté. Lors du deuxième référendum du 30 octobre 1995 les résultats sont plus serrés et il ne manque que 50.000 voix (49,5% votent pour la sécession) pour accorder au gouvernement de la province le pouvoir de déclarer l’indépendance du Québec. 

Ce sont surtout les lois linguistiques adoptées par les gouvernements souverainistes qui garantissent l’identité culturelle du peuple québécois. Cependant les gros capitaux et la dépendance économique du Québec de la première puissance économique du monde  ne rendent pas probable un nouveau référendum dans un proche avenir ou les immigrants allophones de plus en plus nombreux auront aussi leur mot à dire parce que le Canada et le  Québec sont des terres d’immigration. Le français n’est la langue maternelle que de 5% des Canadiens vivant hors du Québec et à l’heure actuelle le chinois est plus parlé à la maison dans les neuf autres provinces du canada que le français dont le chiffre diminue d’année en année.


Sujets d’étude (5)


1) Décrivez les mesures législatives entreprises pour redonner la prééminence à la langue québécoise.
     a) 1969, la loi 93
     b) 1974, la loi 22
     c) 1977, la loi 101
2) Quand est-ce que le parti québécois fut fondé?
3) Quel fut son objectif?
4) Qui en fut le chef de parti?
5) Quelle fut la réaction des anglophones et des immigrés face à la loi 101?
6) Commentez la citation de Félix Leclerc.
7) Étudiez le rapport entre la loi 101 et le mouvement nationaliste au Québec
8) Quel rôle a joué René Lévesque?
9) Quels furent les résultats des deux référendums?
10 ) Le Québec est une terre d'immigration. Commentez.


La situation actuelle et l'avenir


Aux élections du 14 avril 2003 le Parti libéral du Québec de Jean Charest a remporté la victoire mettant fin à un règne de neuf ans du Parti québécois. Le Premier ministre du Canada, Jean Chrétien, s’en est réjoui et n’a pas caché sa satisfaction. En tant que fédéraliste il estime que les souverainistes ont été clairement détrônés au Québec même si la souveraineté n’a pas été au c½ur de la compagne électorale. Depuis l’échec des deux référendums en 1980 et en 1995 on ne veut plus vraiment entendre parler de nouvelle consultation sur le sujet. L'avenir du Québec ne sera-t-il pas mieux assuré au sein du Canada?

Par rapport au reste du Canada, le Québec du dernier demi-siècle a pourtant accompli un rattrapage économique spectaculaire qui s'est traduit par un essor sans précédent:
  • en 1961, le revenu annuel moyen des Québécois francophones équivalait aux deux tiers seulement de celui des Québécois anglophones; aujourd'hui on est tout près de la parité de revenu entre les deux groupes linguistiques;
  • à l'époque, un jeune Québécois de 25 ans avait fréquenté l'école pendant 9 ans, contre 11 ans pour un jeune Ontarien; aujourd'hui, le jeune Québécois a fait 15 ans de scolarité, autant que l'ontarien;
  • au chapitre du taux de chômage, l'Ontario ne devance plus le Québec que par 1,4 point (6,8% vs 6,2%), alors que l'écart atteignait presque 5 points aussi récemment qu'en 1989.
À l'heure actuelle l'avenir du Québec reste cependant menacé par le déclin démographique le plus rapide des pays industrialisés à l'exception du Japon, la concurrence mondiale de la part des pays asiatiques, au premier chef de la Chine et de l'Inde, puis des pays latino-américains, et l'endettement public. Actuellement le Québec consacre 16% de ses dépenses au service de la dette, c'est-à-dire 7 milliards par année. Si le gouvernement ne parvient pas à diminuer ce fardeau, la précarité financière s'aggravera brusquement dès que les taux d'intérêt augmenteront. Avec une dette de 120 milliards, chaque augmentation d'un point des taux ajoutera, à terme, 1,2 milliard au service de la dette. L'allégement du fardeau de la dette publique doit alors devenir une priorité.




Par ailleurs le déclin démographique a aussi des répercussions sur le nombre des francophones (et anglophones) qui est en recule, alors que le nombre des allophones (personnes parlant une langue maternelle tierce) est en progression. Dans la région de Montréal  40% des habitants ne sont ni de souche française ni de souche britannique. Montréal concentre à elle seule 88% de l'ensemble de la population immigrée du Québec et compose une fascinante mosaïque humaine. C'est dire l'importance que prennent ces nouveaux électeurs lorsqu'un scrutin se joue à quelques milliers de voix près, comme ce fut le cas lors du dernier référendum indépendantiste de 1995.

Le danger ne se présente pas sous forme de précipice, mais de longue pente descendante qui pourrait se terminer par une glissade inexorable. Selon les projections de l'Institut de la statistique du Québec, le Québec comptera 7,8 millions d'habitants en 2050, à peine 300 000 personnes de plus qu'aujourd'hui. Aussi tôt qu'en 2012, il y aura de moins en moins de gens en âge de travailler, de moins en moins de jeunes et de plus en plus de personnes âgées. En 40 ans, les 7,8 millions de Québécois seront entourés par près de 1,2 milliards de personnes, parlant pour la plupart anglais et/ou espagnol et devront faire face aussi à une concurrence inédite venant des pays asiatiques. L'entrée de plus d'un milliard de nouveaux travailleurs dans le circuit de l'économie mondiale souffle sur l'économie mondiale et ne peut être ignorée de personne. Depuis 2000, la production manufacturière a augmenté de 50% en Asie, tandis qu'elle stagne au Canada. Au cours des deux dernières années, le niveau d'emploi dans l'industrie québécoise de fabrication de vêtement a diminuée de 40%. - Que fabriquerons-nous mieux que les Chinois et les Indiens dans 10 ou 20 ans?

Pour demeurer une société distincte il faudra alors que le Québec continue à se développer économiquement et socialement et qu'il ouvre les vannes de l'énergie, de l'originalité et de la créativité afin d'assurer le mieux-être de ses citoyens.

Sujets d’étude (6)

  1. Qui est Jean Charest et quelle est sa position politique ?
  2. Quels sont les trois domaines dans lesquels le Québec a accompli un rattrapage économique spectaculaire depuis la révolution tranquille ?
  3. Comparez et évaluez les chiffres mentionnés.
  4. Par quels phénomènes l’essor économique du Québec est-il menacé ?
  5. Eclairez le problème de l’endettement public.
  6. Dans quelle mesure la population allophone évolue-t-elle et dans quelles conditions – hypothétiques – aurait-elle pu faire basculer le dernier référendum en faveur des souverainistes ?
  7. Interprétez la phrase : « Le danger ne se présente pas sous forme de précipice, mais de longue pente descendante qui pourrait se terminer par une glissade inexorable. »
  8. Quels sont les « nouveaux travailleurs » mentionnés dans le texte et quel est leur impacte sur l’économie mondiale et celle du Québec ?
  9. Quelles mesures faudra-t-il envisager pour faire face Là ce défi?


Pour approfondir la question linguistique

"L'issue du référendum de 1980 affaiblissait le pouvoir du Québec de négocier avec Ottawa (gouvernement fédéral). Le premier ministre du Canada, Pierre Elliot Trudeau, convoqua, en juin 1980, les 10 premiers ministres provinciaux pour entamer des négociations constitutionnelles qui limitaient les pouvoirs de l'Assemblée national québécoise en matière d'éducation et de langue par la Loi constitutionnelle de 1982. C'était, en quelque sorte, une espèce de revanche de la part des anglophones du Canada au refus du Québec de signer la charte de Victoria (Charte constitutionnelle canadienne) de 1971 qui élevait le français et l'anglais au même rang (Art. 10) pour neutraliser la Charte de la langue française qui avait fait du français la seule langue de l'administration et de l'enseignement. Ainsi le Québec ne pouvait plus imposer aux citoyens canadiens venus d'autres provinces une langue d'enseignement autre que la leur.

C'est spécialement le paragraphe 23.2 de la Charte canadienne des droits et libertés qui empêchait le Québec de se doter d'une protection efficace contre l'emprise de l'anglais en rétablissant le caractère bilingue de la société québécoise. "Les citoyens canadiens a) dont la première langue apprise et encore comprise est celle de la minorité francophone ou anglophone de la province où ils résident, b) qui ont reçu leur instruction, au niveau primaire, en français ou en anglais au Canada et qui résident dans une province où la langue dans laquelle ils ont reçu cette instruction est celle de la minorité francophone ou anglophone de la province, ont, dans l'un ou l'autre cas, le droit d'y faire instruire leurs enfants, aux niveaux primaire et secondaire, dans cette langue." En imposant un caractère bilingue à la société québécoise tout en sachant très bien que le bilinguisme avait dans le passé avantagé les anglophones aux dépens des francophones, le gouvernement canadien n'a pas seulement court-circuité rétroactivement la loi 101 qui avait stimulé la fierté des Québécois, mais défavorisé la protection de la langue française dans une mer anglophone.

Brisé par la double défaite du référendum et du rapatriement de la Constitution, le gouvernement du Parti québécois demeura impuissant face aux coups qui continuaient de l'assaillir. À deux reprises, il se contenta d'encaisser les coups portés à la Charte de la langue française: d'abord en juillet 1984, lorsque la Cour suprême a invalidé l'article 73 de la loi 101 qui n'accordait l'accès à l'école anglaise qu'aux enfants dont les parents avaient fait leurs études en anglais au Québec; puis en décembre 198
4, lorsque la Cour supérieure du Québec a invalidé l'article 58 de la loi 101 interdisant l'affichage dans une autre langue que le français en raison de la liberté d'expression consacrée dans Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

Finalement la Cour suprême du Canada a, pour sa part, confirmé en décembre 1988 par la Loi modifiant la Charte de la langue française (loi 178) que Québec avait le droit d'imposer l'usage du français, mais ne pouvait interdire l'anglais y compris dans le discours commercial. Le Québec ne pouvait donc plus interdire l’anglais, sauf s’il se prévalait de l’article 33 de la Loi constitutionnelle de 1982. Cet article appelé «clause nonobstant» ou «clause dérogatoire» permet de déroger à la Constitution canadienne. Cela signifie que le gouvernement d’une province peut se soustraire à certaines dispositions de la Charte des droits et libertés en invoquant cette clause dérogatoire pour une durée n’excédant pas cinq ans. Le gouvernement Bourassa, cédant à la pression des nationalistes québécois, voulut conserver l’unilinguisme français, mais dut alors recourir à la fameuse clause dérogatoire de la Constitution canadienne.

Il n’est pas surprenant que la loi 178 sur l'unilinguisme français ait été condamnée dans tout le Canada anglais parce que le Québec supprimait alors des libertés individuelles et la liberté d'expression accordée aux anglophones. Un comité des Nations unies a même donné raison aux anglophones à ce sujet tout en précisant que la communauté anglo-québécoise ne pouvait être considérée comme une «minorité» puisqu’elle fait partie de la «majorité canadienne».  

La loi 86 ou Loi modifiant la Charte de la langue française a été adoptée le 17 juin 1993. Elle remplaçait la loi 178 (sur l'unilinguisme français) qui, adoptée grâce à la clause dérogatoire de la Charte canadienne des droits et libertés, était devenue caduque. La nouvelle loi 86 illustre le revirement du gouvernement québécois en matière de langue, car elle correspond à une «loi de normalisation».

Toutefois, malgré les lois linguistiques et les succès indéniables du français au Québec, la majorité francophone n'est pas encore au bout de sa peine. Les problèmes liés à la dénatalité et à l'immigration constituent des défis de taille, et ils n'ont rien à voir avec les «Anglais»! Le défi démographique est plus grave que les questions d'ordre économique et constitutionnel. Si la société francophone du Québec refuse d'y faire face, elle aura perdu dans quelques décennies le «caractère distinct» qui a contribué à sa survie au Canada. Comme les droits constitutionnels résident en partie dans le poids démographiques qu'ils représentent au Canada, les francophones risquent de revivre avant longtemps les conflits linguistiques. Lorsque les Québécois commenceront à représenter moins de 20 % de la population canadienne, le rapport de force diminuera encore entre francophones et anglophones (à la faveur de ces derniers), tant au Canada qu'au Québec. Dans le cadre de l'actuelle fédération canadienne, les conflits sont là pour durer et la marmite linguistique risque de renverser au cours des prochaines décennies."

D'après Jacques Leclerc, Histoire du français au Québec, Section 5, Texte modifié:  Réorientations et nouvelles stratétgies. De 1982 à nos jours.